Prev 1 2 3 4 5 ... 12 13 Next
EnglishFrenchItalianJapaneseSpanishSwedish

Textes choisis

Nous y voilà

dear-deer

 

Big_letter_J

 

e sais plus comment faire pour t’aimer, tu m’écoutes ? Je sais plus comment faire pour t’expliquer qu’il va falloir me quitter au plus vite, j’avais dit. Elle avait gardé son sérieux. S’était mise à parler d’une copine à elle qui déménageait en Nouvelle-Calédonie et qu’on irait la voir à l’été et comment c’était déjà la capitale de la Nouvelle-Calédonie ? Enfin, si tant est qu’on puisse parler de capitale.

Ben oui on peut parler de capitale, c’est un TOM pas un DOM ! J’avais fait l’air idiot parce que j’avais pas la moindre idée de ce que je racontais.

Nouméa, j’avais enchaîné, radieux comme tout, c’est Nouméa la capitale de la Nouvelle-Calédonie ! Il y fait humide et les gens sont taciturnes.

C’est là qu’on a écrasé une biche enceinte. Elle était couchée au milieu de la route en train de mettre bas si bien que je l’ai pas vu venir dans les phares. Ça a été un massacre. J’en étais à lui expliquer qu’elle avait annihilé mon système de valeurs et que moi j’avais l’impression de violer le sien à mon tour, à force de vivre à sa manière. Que bientôt j’allais m’habiller comme elle si ça continuait, qu’il allait me pousser des nichons. J’ai employé des mots comme coercition pour lui foutre un peu la trouille mais elle s’en moquait. Elle calculait à voix haute le nombre de minutes qui restaient avant les grandes vacances. A un moment elle a crié. La biche a explosé. Seul le faon s’en est tiré plus ou moins. On a ramassé la biche et on l’a pliée en 6 dans le coffre.

Nicolas Albert G

Je suis arrivé

capture-d_c3a9cran-2014-03-27-c3a0-16-19-48

 

 

Big_letter_J

 

e suis arrivé au bord du monde.
Ça ressemblait à une chambre en plein air, avec des murs aux couleurs feutrées et des posters insensés dont les coins auraient été cornés par le vent. C’était peu dire que la lumière avait dû rougeoyer par ici. Elle avait laissé le ciel en flammes, de minuscules nuages couverts d’or y trainaient comme des ombres faméliques au matin défoncé. Assises à gémir sur un banc avec force grimaces et soupirs tandis que le soleil clignote sur un étang à nénuphars. L’air gonflait et explosait dans un écho. Un écho qui craquait.
J’ai avancé, on se serait cru à la pointe du Raz pour une excursion, un samedi en famille. J’étais amoureux. Douloureusement, je tournais chèvre.
D’elle, je ne connaissais que le prénom et quelques détails, dont l’odeur vanillée de ses cheveux. Je savais aussi qu’elle n’était pas ma femme.
J’ai fait deux pas en direction de ce qui me semblait être la mer en contrebas. Cette drôle d’étendue d’où pointaient par endroits de petites montagnes aux sommets enneigés. Mon chat a plongé devant moi, s’est coulé dans une vague d’étain. Je me suis tordu la cheville sur un silex blanc.
Ça ressemblait à une chambre en plein air par ici. Une chambre sans lit, sans draps, sans parfum, sans protocole. Un vent de tous les diables hurlait à mes oreilles. Je sentais mes veines se dilater sous la pression accrue du sang à proximité de l’entorse. Une chambre sans passion, sans repos. J’ai ouvert la fenêtre et j’ai soufflé, sans conviction.

 Nicolas Albert G

Anita pleurait

capture-d_c3a9cran-2014-03-27-c3a0-13-40-36

 

– Bordel ! Anita ! Ferme-la s’il te plaît !
Y avait pas moyen. Elle avait replié ses genoux à hauteur de son menton et elle ahanait à présent, verrouillée dans son petit monde bleu.
– Qu’est-ce que tu dis de ça ? J’ai soulevé un morceau de pizza à la viande hachée et je l’ai fait naviguer sous son nez en imitant le bruit d’un avion.
C’était un hôtel pour cadres moyens tout en haut d’une tour à l’extrémité sud-est de Manhattan. 145 dollars la nuit et des chiottes minuscules.
Après le restaurant, on avait grimpé les marches quatre à quatre tellement on était excités elle et moi. Arrivés en haut on était morts, aucun d’entre nous deux n’était parvenu à se déshabiller pour baiser. Alors elle s’était mise à pleurer.
Sous nos pieds, Manhattan ne luisait plus, du moins c’est ce qu’elle répétait entre deux hoquets, Manhattan avait cessé à jamais de luire pour elle.
Elle a déplié une jambe quand une crampe lui a mordu le mollet. Anita avait des problèmes de circulation. Anita avait pas mal de problèmes. C’était un condensé fiévreux de problèmes humains, Anita.
Elle avait passé la barre des cent kilos un soir de juin, à l’âge de 14 ans. Elle ne s’en remettait visiblement pas du tout.
Moi j’étais gros de naissance, je m’y étais fait, ce qui ne voulait pas dire que j’en faisais une fierté. Mais ça allait. Les soirs où Anita se mettait à pleurer comme ça, il fallait que ça n’aille pas trop mal pour ne pas céder à l’envie de lui écraser mon poing sur la gueule.
Elle avait calé ses bras sous l’oreiller et pleurait en travers du lit à présent. Des larmes de morve dégringolaient sur l’oreiller vertical et arrêtaient leur course dans les plis des draps, juste sous mes yeux. Une telle tristesse recouvrait les murs de la piaule que j’en ai eu le souffle brisé.
C’était un grand lit tout mou tout en haut d’une tour à l‘extrémité sud-est de Manhattan et moi aussi j’ai eu l’impression que la ville avait cessé de luire pour nous. On percevait au loin quelques hurlements de chiens, c’était tout.
J’ai entendu un crac et les pleurs ont redoublé entre les draps. Anita venait de défoncer le lit en se grattant la cuisse. J’ai ressenti l’appel de la mort. La pauvre était descendue de quinze bons centimètres et se tordait comme un poisson en murmurant à l’aide. Et le pire, le plus drôle dans tout ça, c’est que c’était pas moi qu’elle appelait à l’aide. C’était plutôt un appel au secours dirigé vers nulle part. J’ai allumé la radio quand Anita est redescendue de quinze autres centimètres.
Son corps était bancal à présent. Le creux de ses reins plus bas que sa tête et ses pieds, elle allait se déboîter une vertèbre à la vitesse où ça allait.
– Il faut se tirer d’ici , j’ai fait. Il faut réfléchir à quelque-chose de mieux pour nous.
Je me suis rassis pour songer à cette chose meilleure pour nous dans les craquements médiums de la radio. Dehors le vent s’était levé, histoire de nous faire goûter de plus près aux aboiements des chiens new-yorkais. Des bourrasques brutales, venues de la mer.
Je me suis imaginé qu’on pourrait louer une voiture et se tirer vers l’ouest, qu’on allait se laisser gentiment soulever par ce vent d’Europe. J’ai laissé déambuler cette sensation entre mes jambes et mon ventre. Elle n’avait aucune teneur mais me faisait du bien.
Couché aux côtés d’Anita, je me suis endormi comme ça, imaginant nos larges corps vautrés dans une décapotable en direction du Pacifique. J’ai même pas songé à baiser Anita pour réparer notre erreur. Je me suis endormi sans même y penser une seule seconde.
En face, vers trois heures du matin, une lumière blanche s’est allumée.
– C’est pas trop tôt, j’ai soupiré.
Anita a ouvert un œil et l’a fait rouler vers la tache de lumière. Elle a demandé comme pour elle-même si c’était un ange qui venait lui rendre visite.
– Fais gaffe à ton dos, j’ai répondu en lui caressant la cuisse.
– S’il te plaît, fais gaffe à ton dos… et me suis rendormi.

Nicolas Albert G
Illustration Justin Aerni

 

 

Je t’aime bien Eric

capture-d_c3a9cran-2014-03-27-c3a0-09-19-12

 

 

Big_letter_E

 

t alors, tu vois, il se tenait là devant moi , comme une espèce de … de j’sais pas quoi … enfin un truc complètement inerte, et puis je lui ai dit: « bon tu sais je t’aime bien Eric, mais ça n’est pas possible … tu n’es pas du tout mon genre » enfin le mec, hallucinant, j’te dis … je le connaissais même pas ! hallucinant, j’me souviens, j’lui ai dit : « bon Eric, je vais te dire un truc … enfin t’as quel âge 50, 55 ? bon 45, c’est pareil, c’est pas le problème … mais enfin regarde toi, excuse-moi, je vais être dure là, mais faut absolument que t’arrêtes la fumette ou j’sais pas ce que tu gobes mais … enfin, t’es comme une sorte d’adolescent attardé, tu vois ? Moi, tu vois j’suis jeune, enfin par rapport à toi … ça me fait bizarre de te donner des conseils, je me sens un peu con … mais je t’assure que tu ressembles à rien ». J’ai du lui dire un truc comme ça, et il est resté devant moi sans réagir … j’sais même pas s’il comprenait ce que je disais, et il avait toujours ce sourire de benêt … et quand je suis partie, il a commencé à me suivre et … enfin, je lui ai dit d’arrêter et de s’en aller ailleurs … y disait rien, il avait l’air complètement largué … mais il continuait à me suivre … j’ai été obligée de prendre un taxi pour m’en défaire … enfin, tu vois quoi, le gars vraiment lourd, vraiment collant …. non mais attends, attends la meilleure … deux jours après, tu sais pas quoi ? Je sors de chez moi, il était devant mon immeuble, il m’attendait exactement dans le même état … totalement largué … alors là, j’ai pété un plomb et j’ai commencé à l’engueuler … au départ un petit peu, puis plus … après c’était carrément hystérique … j’crois même que j’l’ai poussé … le pire c’est qu’il disait toujours rien, mais rien de rien … il me regardait juste avec son air de demeuré … et ça m’énervait, je me souviens, j’lui ai dis: « mais arrête de me regarder comme un débile et dis quelque chose bordel ! DIS QUELQUE CHOSE ! » … et lui … lui … il faisait que me regarder et sourire … et … et … et alors … attends, excuse-moi, ça va passer … c’est juste qu’il m’énerve tellement … t’as pas un mouchoir, non ? Attends, excuse-moi, il faut que je me reprenne … je vais me reprendre … oh, mon dieu, c’est l’horreur … faut que j’te dise … ce con … oh, mon dieu … mais pou … excuse-moi … j’comprends plus … attends … oh, j’comprends plus rien … merde … non, attends … attends, je vais me calmer … je … attends … attends … ça va … ça va … oui, ça va mieux … reste s’il te plaît … reste … je t’en prie … reste … s’il te plait … ça va mieux … oui, ça va mieux … oui, j’me calme, t’inquiètes pas … non, c’est normal … ouioui … oh, non … merci … ok … ok … d’accord, ok … attends … juste deux secondes … attends ……………. deux secondes ……………………………… ah,oui ……………………………………………………………………………………………………………………… oui …………………………….oh, ça fait du bien Continuer la lecture

Bons procédés

procc3a9dc3a9s

 

 

Big_letter_S

 

i  j’aime autant

Les histoires qui

Se terminent dans le feu

C’est pas à cause

De David Lynch

Ou des machins des soeurs Brontë

C’est juste que

Quand j’étais gosse

Au rituel de vingt heures trente

Papa nous lisait un petit conte et

Puis nous collait un gros doigt

Toi comme moi on est flingués

Pas capable de se souvenir Continuer la lecture

Quand mon père a voulu se tirer un balle, le psy a vu toute la famille, sauf moi. Je l’ai mal pris.

capture-d_c3a9cran-2012-10-09-c3a0-21-18-09

 

 

Big_letter_D

 

eux chutes ridicules en deux jours dont une dans les couloirs de la fac. Bon…

J’ai les yeux qui grattent. Je finirais sans doute par me déplacer avec un masque anti poussières. Comme mikael jackson.

Les mecs c’est vraiment devenu de la merde. Des queues ambulantes. ça pense qu’ à baiser.

Je disais ça à une copine à une terrasse d’un café. Y ‘avait Yvan Attal à coté.

Il était gêné ou amusé ou les deux. Charlotte elle doit être plus classe. La thune, la cuillère etc, ça aide, y ‘a pas à dire. ça rend les gens plus calmes. Ptête pas, remarque. Les apparences peut être. Les apparences tranquilles .

Moi quand je vois mes comptes, je flippe. Je refais les comptes et je m’aperçois que je devrais avoir encore moins d’argent. Bon. Le mystère des nombres premier sans doute.

J’ai des envies de dégommages. Juste envie de dégommer le monde. Les artistes, les réseaux socios. Par exemple, les artistes et les collectifs. Parce ce que, ce qui est bien dans ce genre de truc c’est qu’ils se comprennent qu’entre eux…

Plus je vieillis, plus je deviens violente..Putain, chuis en train de crever par la gorge. Faudrait que je me trouve une bande de voyous. Pour un projet sérieux.

Continuer la lecture

Veuve noire

veuve-noire

 

Big_letter_B

 

oursouflure dressée, concupiscente

Au con gémissant, il halète,

bavant
Bourses dardées, muscles bandés.

Sa chatte énorme l’observe, babasses
Frisées,

écartelées en livrée — Russe
Ou Portugaise – au parfum poil iodé.

Ce vent de mer pique sa curiosité !
Il plonge en tige verte dans ce pot

De fleurs musquées et ramone le but,

Tétonne l’accorte, gamahuche le con

De la brouteuse, fanfreluches en bataille

Qui braille et baille du buisson, embrochée

De belle manière sur le ballant, enfournée,

Retournée, le cul en boutonnière à pleurer

Sa mère.

Nul besoin de se tordre la nouille ni d’avoir,

Mal aux couilles !

Les cons, les cramouilles
s’arrosent d’aise à la baise, morues et merguez

Cramponnés, bites et trous enquillés font la nique

Aux prudes

Enkystés.

 

Eve Zibelyne
 Prev 1 2 3 4 5 ... 12 13 Next