EnglishFrenchItalianJapaneseSpanishSwedish

T’en veux ?!

ten-veux

 

 

Big_letter_T

 

u en veux, du dingue, du qu’est dans son jus, Alice ? Pas du littéraire, hein ? Du pas frelaté, nan. Des aliénés AOC. Des qui ont bien coulé, des qui remontrons jamais. Tu tombes bien, j’en ai, des zombies pas démouchetés, à te présenter. Alors, douce Alice, t’en veux ? T’en veux ?! Des Freaks, d’la grande parade, des qui sortent d’une Scala bien gondolante ?

Prends un siège.

J’ai tout, c’est mes Tournesols, mon blitzbook, ton bingo assuré. Tu vas voir, Alice, ma plume vas t’faire tripper. Tu en veux, des débarqués ? Alors hop, caméra embarquée ! De la raison qui s’en va, qui se siphonne, ça te botte, Alice ? C’est pas du blues raffiné, du cafard de riches, des névroses à cinquante boules la séance. C’est du dingue, du mieux qu’au ciné. Là, c’est du crâne explosé ! T’en veux ? Oui ?! Alors écoute-moi mieux !

J’te mets de la sirène et des pauvr’gens alarmés, des salles de réveil , des épaves évanouies ? Et des cliquetis de grilles aux fenêtres blindées, t’en veux, l’éditrice installée ? Des qui flanquent bien les miquettes, à la nuit tombée ? Entre chien et loup, entre chien et chien, entre nous devenus loups ? Des sanglots, des cris, des hoquets, des convulsions ? Des loques qui boivent du parfum en loucedé ? Des charcutières de petits poignets ? Des qui chient dans leur corbeille, des femmes-caca épatantes !

Des gégènes médicales et des coups d’boules, ça te fait bicher ? Biche Alice, j’ai aussi. Des messies ronfleurs ? Des meufs qui montrent leur chatte par qu’elles se sentent amoindries ? Parce que camées, elles se sentent moins jolies ? Et les confessions du sanglier blessé, tu les veux ?

En bonus féérique, je te raconterai même l’histoire merveilleuse, celle du jeune homme qui avait tout massacré. Pour faire marrer un copain plus bourré que lui. Tous ses tableaux y sont passés. J’te ferai le nofuture expliqué aux parents, le punk pour les nuls. Un soir d’aubaine comme ça, ça n’arrive qu’une fois, on en profite, on gâche pas. Une vraie p’tite saynète, celle-là. Fais-moi confiance, ça trempera bien des culottes de soie, une tristesse comme ça. Et puis j’te mets aussi ses yeux, les yeux de ma mère rougis ? Oh fais pas ta gênée, c’est inespéré ! Mais si, prends-les, j’te les mets, on cause plaisir de lecture et dividendes à la clé.

Tu me crois mito ? Tout à fait réglo, au contraire.

Tu verras, tu r’grettras pas ma p’tite désolation sous zinc. C’est fou ce qui grouille dans les mansardes, c’est impayable. Attends, je vais te la modeler, moi, l’histoire du Denis, en dildo bien trapu ! Un gode maousse pour le plaisir des lectrices. Mon dildo en tête de gondole ! Tu le veux ? T’as raison, t’as un bon petit nez, toi, ça fera mousser. Et prévois un méga à-valoir. Je vais l’écrire, mon blitzbook ! Ouvre bien tes cuisses d’éditrice, j’arrive…

JFD- no guimauve, please -2014-