EnglishFrenchItalianJapaneseSpanishSwedish

La banane !

capture-d_c3a9cran-2012-10-04-c3a0-22-34-31

Big_letter_A

 

onze heures tapantes, mon taxi s’est rangé. Ça aussi, c’est bien. Maintenant nous glissons dans sa merco dernière modèle à travers les banlieues. Ça doit le faire chier de charger un dingo… Alors on n’échange pas. Parfait. Ce trajet pourrait se faire dans le silence -le moteur feule à peine- mais c’est un antillais. Même en sourdine, son zouk emplit tout dans la carlingue. Ça me congestionne un chouille. Du rétroviseur, pend un odieux cocotier parfumé à la merde, senteur coco. De temps en temps, mon chauffeur ultramarin me lorgne. Il veux poser son diagnostique, le Daktari d’mes couilles ! Je m’installe sereinement dans ses gros yeux de veau. Vas-y mon con, cherche le tréfond de mon âme, c’est gratos et, en plus, ça va t’avancer, ça peut te rapporter que dalle.

Nous avons déjà avalé Pierrefitte-sur-Seine, nous longerons bientôt La Courneuve sur notre gauche. Puis, entrant dans Paris, nous trancherons le boulevard Ney. Ensuite, Barbés, Magenta, Bon Sergent, Répu… Tant de rues auquelles sont attachés tellement de souvenirs. Il ne faudrait jamais revenir. Ça me consterne.

Là, baisé unetelle, là vécu avec Machine, à cet endroit, eu une embrouille avec Truc, ici, vernissage de X, ce pédé raté. Tiens ! la mairie de mon mariage ! J’avais oublié ce qu’elle est tarte… Encore heureux que nous passions pas devant la Maison de Métallos ! C’était la clinique de bleuets autrefois, les « Métallos ». C’est là que j’ai glapi pour la première fois. Pitié !

Rouler dans sa ville quand on l’a quittée, c’est faire arriver trop de pagaille. On peut plus s’abstraire du tout, on visionne … J’ai l’impression d’être malcolm McDowell dans Orange mécanique. On m’oblige à voir, à revivre.

-Devant le cirque , c’est ça ?

-Oui Monsieur, au 9, le long du Picard, ça ira.

Le boulevard des Filles du Calvaire est animé. Le chauffeur antillais regarde l’immeuble au pied duquel il me dépose.

-Ça va vous changer.

-Il faut savoir, en effet, un peu changer pour ne rien avoir à changer. Jamais.
Je pense au Guépard, à Lancaster, au prince Salina, alors que ma plaie revient à la charge :

-Allez, souriez, le changement, c’est la vie !

-Bah ouais, c’est comme le zouk, ça file la banane.

-Mais oui, la banane chef !

En même temps qu’il me serre chaleureusement la main, il me lance une oeillade :

-La banane ! Toujours la banane !

-Gardez la monnaie.

J F Dalle -No Guimauve, please- 2015