EnglishFrenchItalianJapaneseSpanishSwedish

La passerelle

noye

 

…10 000 ans… les étangs de boue… les étangs… les vastes étendues recouvertes… tout ça est loin maintenant… les dinosaures aussi… j’arpente les rues lessivées par les averses de la nuit… quartiers de viande… pâtés de maisons… flancs de colline… il fait doux… les derniers couche-tard se finissent à la bière… adossés contre les carrosseries… certains se coursent sur le goudron… se taclent par derrière… chemises déchirées… arcades ouvertes… d’autres enfin chialent leur mère sur un bout de trottoir… le visage crevé… la peau sale… les effluves perceptibles… en zone mixte… le maquillage saigne… et les nibards dégueulent… en zone mixte… les premiers lève-tôt se croisent… qui ont des poches au bout des bras… qui ont des poches au bout des yeux… et des yeux durs comme des œufs… des yeux qui parfois… ne sont pas vraiment au bon endroit… minuscules périples… un marché de plein vent se construit… un regard de jeune fille me fait sursauter le cœur… un regard ultraviolet aux propriétés antiseptiques… cette passerelle offre un point de vue inédit… sur les arbres et les toits… et la collecte des eaux pluviales… et le passé… qui ne passe toujours pas…

Heptanes Fraxion